Serveur NAS Linksys Nslu2 : un serveur linux complet qui consomme 5 watts..

Avec un processeur Intel IPX 420 tournant à 266 Mhz (underclocké à 133 Mhz sur les anciens modèles), un peu de ram, un peu de flash, 2 ports USB pour brancher des clés ou disques durs USB et à moins de 80 euros, le NSLU2 représente un très bon investissement pour faire un petit système de stockage. D'autant que fidèle à ses habitudes, Linksys a publié les sources et que de nombreux utilisateurs se sont mis à customiser l'appareil pour en faire beaucoup plus qu'un nas: un serveur fonctionnant sous Linux... Découvrons ici les possibilités de l'appareil.

NSLU2Après déballage, on trouve une doc et un cd. Fidèle à mes habitudes, je n'ouvre la doc que pour récupérer l'adresse IP de l'appareil afin de me connecter sur l'interface de gestion. 192.168.1.77... Mince, mon réseau local est en 192.168.0... Qu'à cela ne tienne, grace aux interfaces virtuelles de Linux, j'ajout une deuxième IP à la carte réseau de mon portable en 192.168.1.2 pour pouvoir joindre le NAS afin de le reparamétrer avec une IP dans mon lan.

Une fois son IP proprement déclarée dans mon réseau local, je m'attelle à sa customisation...

Quelques recherches sur le web me dirigent vers le site www.nslu2-linux.org, mine d'informations sur les modifications possibles sur le nslu2.

Différentes versions de firmwares modifiés sont disponibles :

  • Unslung
  • Debian
  • SlugOS
  • OpenSlug
  • SlugOS/LE
  • UcSlugC
  • GentooSlug
  • ...

Carte électronique du NAS NSLU2

Mes besoins étant réduits, (serveur ftp, serveur DP500serv pour mon lecteur Kiss, serveur SlimServer), mon choix se porte sur l'Unslung, qui est de plus la plus facile à faire.

Le principe est simple: sachant que la mémoire flash de l'appareil est restreinte, UnSlung est une version modifiée du firmware d'origine qui va permettre de déplacer une partie du filesystem normalement en flash sur le disque dur connecté au NSL. Ainsi, il devient possible de modifier les fichiers système, d'ajouter des packages, et même un compilateur C.

Unslung possède de nombreux packages installables au format IPKG (liste des packages)

Nous allons donc commencer par connecter un disque dur (ou une clé USB de 256Mb mini) au NSLU2 en firmware d'origine (cette étape est indispensable!!!!) et le formater. C'est seulement ensuite qu'il pourra être 'unslunggé'. Tout ceci se passe avec le mode opératoire décrit dans la doc d'origine.

Il faut ensuite unslungger le NSLU2 avec la procédure décrite ICI, le firmware dispo ICI (ou à partir de la page des firmwares))

Sur le mien, j'ai ensuite installé les éléments suivants:

Alors pour 70 euros, et 5 watts consommés, c'est un super investissement pour servir de serveur domestique...

Compléments :

J'ai par la suite joué avec différents firmwares. La méthode la plus simple pour changer de firmware reste toutefois l'utilitaire Upgrade_207_XP.exe (Sercomm Firmware updater). Il va permettre à l'aide d'un simple programme windows fonctionnant sur un ordinateur cablé sur le même réseau physique (et le même subnet) que le nslu2, de flasher un nouveau firmware et de vérifier que celui-ci a bien été flashé. Comme ce programme est parfois difficile à trouver, je l'ai mis aussi Ici

Il faut, pour l'utiliser mettre le NAS en "upgrade mode" (Redboot). Pour passer dans ce mode il faut :

  • Eteindre le nas
  • Appuyer sur le bouton reset (le petit trou à l'arrière de l'appareil) avec un trombone par exemple.
  • Appueyer d'une breve pression sur le bouton "start" à l'avant de l'appareil
  • Attendre 10 secondes jusqu'à ce que la led ready/status passe d'ambre à rouge et relacher immédiatement le bouron reset. Cette méthode n'a pas fonctionné sur le mien, car il semble que la led "ready/status" sur le mien n'ait que 2 états : ambre et vert. J'ai seulement compté 9 secondes (attantion, ce doit être précis) et relaché le reset.
  • Si la led ready/status clignote d'ambre à vert ou de rouge à vert à la cadence d'une seconde, c'est gagné, vous êtes en mode upgrade. Sinon recommencer du début...

De là, on peut charger n'importe quel firmware, y compris le firmware d'origine. Ici je veais charger ulsung.

Il est à noter qu'il ne faut aucun disque connecté pour faire ceci. Dans le cas d'Unslung, il ne faut pas non plus connecter de disque après reboot, car sinon l'accès telnet par défaut disposera d'un mot de passe inconnu ...

Donc, sans disque connecté, il suffit :

  • D'aller dans l'interface Unslung, valider l'accès telnet et s'y connecter à l'aide du mot de login 'root', mot de passe 'uNSLUng'.
  • Préparer le disque à connecter en supprimant toutes les partitions à l'aide de partition magic sous windows, ou Fdisk sous linux.
  • Une fois connecté sous telnet, brancher le disque, sur un port USB, le formater (ca peut prendre une quinzaine de minutes avec un 120Go)
  • Il devrait se monter tout seul dans le filesystem du nas. Vous pouvez vérifier à l'aide de la commande "mount", qui devrait montrer des partitions montées sur /share (ici sdbx):
/dev/mtdblock4 on / type jffs2 (rw)
/proc on /proc type proc (rw)
usbdevfs on /proc/bus/usb type usbdevfs (rw)
/dev/mtdblock4 on /dev.state type jffs2 (rw)
ramfs on /dev type ramfs (rw)
/dev/mtdblock4 on /var.state type jffs2 (rw)
ramfs on /var type ramfs (rw)
none on /tmp type ramfs (rw)
/dev/sdb1 on /share/hdd/data type ext3 (rw)
/dev/sdb2 on /share/hdd/conf type ext3 (rw,sync)
  • Ensuite, unslungger à l'aide de la la commande /sbin/unsling disk1 ou /sbin/unsling disk2 selon le port USB sur lequel vous avez branché le disque.
  • Un mot de passe root vous sera demandé. C'est celui par lequel vous pourrez ensuite accéder au nslu2 par telnet.
Checking if able to unsling...

Waiting for /share/hdd/data ...

Target disk is /share/hdd/data
Checking that /share/hdd/data has been properly formatted...
Checking that /share/hdd/data is clean...

Please enter the new root password.  This will be the new root
password used when the NSLU2 boots up with or without disks

Changing password for root
Enter the new password (minimum of 5, maximum of 8 characters)
Please use a combination of upper and lower case letters and numbers.
Enter new password:
Re-enter new password:
Password changed.

Copying the complete rootfs from / to /share/hdd/data ...
21028 blocks
Linking /usr/bin/ipkg executable on target disk.
Linking /etc/motd to the unslung motd on target disk.
Updating /home/httpd/html/home.htm with target disk info.
Creating /.sdb1root to direct switchbox to boot from /share/hdd/data.

Unsling complete.

Leave the device disk1, /dev/sdb1 plugged in, and reboot
in order to boot this system up into unslung mode.
  • Vous devez ensuite rebooter à l'aide de la commande reboot
  • Dès que le voyant ready/status passe au vert fixe, vous pouvez accéder à nouveau au NAS en http
  • Si vous revalidez l'accès telnet, pour vous pouvez à nouveau y accéder avec le login root, mais avec le mot de passe que vous avez indiqué ci dessus.

Sur cette base, je vais maintenant installer le serveur media TwonkyVision. Celui-ci fournit une implémentation du protocole DLNA, qui n'est pas encore normalisé, mais fait l'objet de dévelopements intensifs de la part des membres du consortium.

L'installation se fait avec en dézippant l'archive ZIP pour nslu2 téléchargée sur le site de Twonkyvision. Un programme, nommé "NasSetup.exe" va se charger de l'installation. Pour se faire, il suffit de renseigner l'adresse ip, le login root et le mot de passe root que vous avez indiqué ci-dessus. A la fin de l'installation, le programme vous demande dee rebooter le NAS.

A l'issue du reboot, vous pouvez accéder à Twonkyvision sur http://mon_nas:9000/configpage/index.html